Dans une galaxie lointaine, la nullité est proche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans une galaxie lointaine, la nullité est proche.

Message par Julien Recoquillay le Ven 22 Oct 2010 - 14:27

Aujourd'hui, je vous apporte une chronique un peu spéciale car elle n'est tout simplement pas de moi.
Elle porte si un sujet aussi génératrice de trolls que peut l'être une discussion sur Twillight avec une ado aux hormones surproduites. Ce sujet n'est que :
http://www.youtube.com/watch?v=yj8nJXiyFBk&feature=related

Oui, c'est cela. Star Wars, icône de la SF et de notre enfance mais pas n'importe quelle partie. Il s'agit ici de la "fameuse" prélogie qui tout fan préfèrerait voir à jamais bannie dans les tréfonds des abysses cosmiques d'une quelconque dimension parallèle.

Mais ici plutôt que taper inutilement sur une série de "films", le chroniqueur a préféré simplement montrer la déchéance d'un des personnages les plus charismatique de la saga : l'ignoble, le puissant, le pourfendeur de hippies galactiques, l'unique Darth Vader.
Ou comment nous sommes passés de "I'm the boogyman and you're my prey" a "Bonjour, je suis comme le Robin de Batman Forever, j'ai le charisme d'un pestiféré brûlé à l'acide et mes dialogues sont en adéquation avec mon jeu d'acteur."

NDA : "Brûlé à l'acide" n'est peut-être pas très juste après tout, Freddy des Griffes de La Nuit a une face brûlée et Double Face aussi...Mais eux ils sont la classe. Ils ne l'ont pas. Ils sont.

Pour terminer cette petite introduction, voici en résumé ma pensée sur la prélogie :

C'est tout simplement comme si dans les univers de Warhammer ou 40K, on avait remplacé les Dieux Majeurs du Chaos par :
Freddy Krueger Next Gen, un ado avec de sérieux problèmes de peau, la Team Rocket de Pokemon et enfin le Grand Pingouin Cosmique accompagné du singe-lézard-qui-n'est-pas-content.

Plus clair ?
La prélogie est ce que Twillight de Stephenie Meyer est à Dracula de Bram Stocker.
Ce que Rémi La Taupe est la Musique.
Ce que les productions Europacorp sont au cinéma.
Ce que la VF de Ken le survivant est à la Japanimation.
Ce que la Biochimie est à la Biologie Moléculaire.
Ce que Vampire le Requiem est à Vampire la Mascarade.
Etc.

Bref, voici le lien, ce n'est pas toujours d'une douce finesse mais c'est amusant^^ :

http://www.nioutaik.fr/index.php/2010/04/24/605-dark-vador-george-lucas-ma-tuer


Note : Par cette critique, j'ai découvert que dans les nouvelles versions de la Trilogie, lors de la scène finale avec les "Siprit's Force", l'image de David Prowse était remplacé par l'autre tanche de Hayden Christensen.
POURQUOI !!! C'est incohérent, stupide et en plus on privilégie l'apparente bogossitude à un charisme vénérable !
Si ça, ce n'est pas la preuve que l'Apocalypse est pour bientôt et que le Grand Pingouin Cosmique dominera le territoire français, je ne sais pas ce qu'il vous faut...
Et tant qu'à faire, je préfèrerais être dominer par Khorne, Nurgle ou Slaneesh, enfin un truc qui a de la gueule quoi...
Vous imaginez vous faire dominer par ça :


Mouais...
Perso, je préfère vraiment les démonettes de Slaneesh ou même un Grand Immonde...

Sur ce à plus tard pour une vraie chronique^^.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]
avatar
Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans une galaxie lointaine, la nullité est proche.

Message par Génial Florent le Ven 22 Oct 2010 - 22:40

Bof le charisme vénérable de David Prowse dans la dernière scène consiste à sourire bêtement à la caméra avec Alec Guiness et une poupée Yoda, Hayden fait le job à la perfection ^^.
J'avais lu l'article sur Nioutaik à l'époque (tu ressors le squelette du placard là).

Le culte lié aux vieux Star Wars me gonfle : on est dans le monde des blocksbusters et les personnages de ce type (Luke, Anakin) entrent forcément dans le même moule d'abrutis finis qu'on convainc facilement qu'ils sont les élus et qu'ils vont sauver le monde. Après j'ai conscience que les fans de la première heure qui ont découvert Vador en supportent pas qu'on casse le mythe avec ce personnage plastique. Il n'est pas né Vador tout de même et on s'en doute lors de la scène où il enlève son masque dans l'épisode V dans le SDS, ses remords à la fin du VI montrent définitivement qu'il y a un truc là-dessous, ce truc qui ne l'a pas quitté dés le début en dépit de l'interprétation de Christensen.

Non ce qui me gêne dans la prélogie, ce n'est pas la destruction du mythe Vador en tant qu'ado attardé (il n'est pas passé du côté obscur pour rien), c'est l'aspect christique qu'on ne trouvait pas aussi prononcé dans les vieux épisodes presque païens : la jedïité n'est pas liée à ces idées d'abstinence mais plutôt à une sorte de quête "spirituelle" (la grotte), phénomène amplifié dans l'Univers Étendu notamment par la belle scène dans la trilogie de Zahn sur la disparition du fantôme de Ben.
Dans la prélogie, on est face à des jedis moines qui compensent par leurs sabres lasers et où la réflexion et les aphorismes de Yoda ont la pertinence des blagues Carambar. En ce sens on est face à l'image de la décadence que cherche à inspirer Lucas. S'en suivent la corrélation entre technologie brute et luxe qui me rappellent la barbarie d'orient (essentiellement grecque) vue par les romains. D'ailleurs ceux qui veulent s'amuser peuvent tenter de repérer un peu ce style dans le dessin du temple jedi. Le retour vers une pensée décadente qui s'autoréférence sans chercher à se comprendre : le guerrier Windu en est le parfaitement exemple et un auteur de l'Univers Étendu l'a bien compris dans "Point de Rupture" : le personnage ne comprend rien dans tout le livre, on voie tout depuis une pensée binaire ce qui rend le livre assez gonflant au bout d'un moment la traduction réalisée au lance-pierre par "Presse de la Cité" n'arrangeant rien.

En fait, si on regarde bien, le personnage le plus intéressant en tant qu'arc est Yoda véritable symbole du changement Anakin n'étant qu'un fil conducteur grobillisant destiné à appâter le spectateur en mal de sensation forte. C'est un personnage de tragédie qui loupe tout ce qu'il entreprend (n'oublions pas le masque de théâtre noir) alors forcément le voir sans masque c'est aussi le voir plus émotif, plus imparfait qui commet les erreurs de son âge : Ses erreurs d'appréciation ne peuvent-être les mêmes que lorsqu'il grandira ne serait-ce que parce que Palpy est derrière.


Des avis, des commentaires, des cailloux ?


NB : Julien, tu as vu le dernier film de Blier ? Très sympa je trouve bien plus intéressant que Des Hommes.


Post rédigé à l'écoute de "Ce soir c'est Lenoir" ce qui explique le côté décousu de l'intervention.


EDIT : Le troll sur Requiem, hahahhahahhahah


Dernière édition par Génial Florent le Ven 22 Oct 2010 - 22:41, édité 1 fois (Raison : Mince j'ai mordu à l'hameçon)

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.
avatar
Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 27
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum