Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Dim 14 Fév 2010 - 2:14

D'ici un mois ou un mois et demi, je vais commencer ma toute première campagne de JDR faite par moi-même avec le génie qui me caractérise^^.
J'introduis donc ici les bases de la création de personnage car même si elle simple se trouve être très longue surtout si on cherche à customiser son personnage.

Donc voici pour commencer les archétypes qui ne sont en riens des professions en terme de RP.

Le Paladin est l'archétype du guerrier se battant pour le peuple, repoussant les êtres des Ténèbres et galvanisant la foule.

Le Paladin Noir est identique au Paladin sauf que sa politique tient plus de la doctrine "le feu par le feu" et qu'il a tendance a utiliser la peur comme vecteur de masse.
Voyez en lui une sorte de Comissaire de la Garde Impériale.

Le Guerrier est le combattant de "base". Ses atouts sont sa force ou ses compétences stratégiques.

Le Guerrier Acrobate semble être bien plus fragile que le Guerrier mais cela n'est rien. L'Acrobate est un Guerrier misant plus sur l'agilité que sur la force brute.
Pour exemple un Guerrier Acrobate est l'équivalent d'un Kakita de L5R alors que le Guerrier est un Matsu.

Le Maître d'Arme est une plateforme d'armes ambulante. Ses capacités martiales un peu inférieure à celle du guerrier sont compensées par sa faculté à apprendre plus aisément la maîtrise de nombreuses armes lui permettant de faire face à toute situation.
Concrètement, il est proche du Spécialiste des Armes de Shadowrun.

Le Tao est un individu normal n'utilisant que peu ou pas d'arme et pour cause : son corps en est une. Maître des arts martiaux, le Tao n'a rien à envier aux autres combattants.
Ses techniques de combat peuvent en plus être aisément renforcer par le Ki, cette énergie surnaturelle aux effets spectaculaires.

Le Virtuose Martial est un maître dans l'utilisation du Ki, cependant cela se ressent dans ses aptitudes martiales qui en patissent. Mais après tout, à quoi cela sert de savoir attraper une mouche en plein vol quand on peut balancer des salves d'énergie faisant tout exploser dans un rayon de vingt mètres ?

Le Voleur : Est-ce vraiment nécessaire de le présenter ?

L'Assassin est un spécialiste de l'espionnage et du vol d'information. Comme le Voleur, il préfère rester en retrait lors des situations dangereuses mais reste capable de se battre efficacement.

L'Ombre correspond plus à ce que le mot "assassin" représente, un combattant profitant de l'obscurité, frappant ses adversaires de manière discrète et mortel.

Les Sorciers, Sorciers psychiques, Convocateur et Mage de Batailles sont les utilisatuers des forces occultes, s'en sefvant pour créer des effets pyrotechniques ou invoquer des entités plus ou moins recommandables...Il arrive que certains d'entre eux soient aptes à utiliser les Pouvoirs Psychiques...

Mentalistes, Guerriers mentalistes sont les utilisateurs des étranges pouvoirs psychiques issus de leurs esprits.
Par la seule force de leur volonté, ces êtres peuvent plier la réalité à leurs désirs et déchainer des forces destructrices à l'ampleur inhumaine.

L'Explorateur est l'équivalent du Rôdeur sauf qu'il n'a pas de sorts de druides, de compagnon animal...Un mec normal quoi...

Le Touche-à-tout n'a pas encore choisi sa voie dans le vaste monde.
Curieux de tout, il a un accès à un vaste panel de compétence, le transformant en une encyclopédie vivante.

Voilà pour les archétypes.
Je posterais un peu plus tard un résumé de l'histoire du monde^^.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Ven 19 Fév 2010 - 10:34

L'univers d'Anima

En un sens, Anima cherche à développer une ambiance aussi épique que peut l'être celle de Donjons et Dragons tout en incorporant un aspect plus cinématographe.

De cette volonté découle un monde où les forces surnaturelles sont inexistantes, du moins en apparence.
Ainsi pour la plupart des habitants de monde d'Anima, il n'existe pas de choses telles que des fantômes ou des vampires. Tous ces êtres ne sont que des légendes.
Et pour cause, depuis plus sept siècle l'Inquisition et Tol Rauko, deux organisations religieuses se chargent de faire rester à l'état de mythe toutes les manifestations surnaturelles, celles-ci n'étant que le Pouvoir du Démon cherchant à corrompre les Enfants du Christ.
En pratique, les étranges pouvoirs des Inquisiteurs ou des Chevaliers du Ciel sont des dons donnés par Dieu pour combattre le Mal.
C'est ainsi que les gens perçoivent le surnaturel dans Anima.
Une chose qui se doit de rester confiner dans les légendes et devant être détruite si elle apparaît...

Depuis sept siècles, ces forces avaient été confinées sans que l'on sache pourquoi.
Aujourd'hui malgré les efforts des Organisations, de plus en plus d'enfants naissent dotés de pouvoirs mentaux ou avec la capacité de dominer la Magie.
Même si cela ne représente encore qu'un individu sur dix mille, combien d'autres vont encore naître ?
Partout d'antiques créatures s'éveillent et même si tout cela reste pour l'instant dans l'Ombre de l'histoire sans que les Hommes le sachent, nombreux sont ceux qui le sentent, le monde est en train de changer.
jadis il avait un nom, et les Hommes l'ont oublié...

Quels sont les différents pouvoirs régnant dans l'Ombre et quels sont leurs objectifs ? Des terrifiant Seigneurs des Cauchemars aux lunatiques chercheurs de Wissenschaft, il est de nombreux secrets à découvrir et c'est à vos personnages d'éclairer les Ténèbres, pour le meilleur comme pour le pire...


L'ambiance de la Campagne : Avènement du Gardien

Cette campagne s'adresse aussi bien à des "vétérans" qu'à des "novices". Au cours de cette campagne, les joueurs seront aux prises avec les différents aspects du monde d'Anima. Il s'agit donc d'une campagne d'introduction à l'univers du jeu.
Si le surnaturel y tiendra une grande place, il ne sera pas le seul vecteur de la campagne.
Etes-vous prêt à entrer dans le jeu inique d'un Destin ironique ?

Création de Personnage : les caractéristiques primordiales.

Les caractéristiques sont les suivantes :
L'Agilité représente vos capacités de coordination et votre vitesse.
La Dextérité représente l'habilité manuelle et la précision.
La Force est le vecteur de la puissance phyique
La Constitution représente l'endurance et la résistance du personnage.
La Pouvoir représente la force d'esprit du personnage lorsqu'il s'agit d'user de son esprit à des fins surnaturelles.
La Volonté représente la résilience mentale.
L'Intelligence représente les capacités cognitives du personnages.

Les échelles de valeurs sont les suivantes :
1 : implique un important retard ou une faiblesse énorme. Ces valeurs sont interdites aux joueurs
2-3 : une faiblesse importance, un 2 ou 3 en force représente la force d'un enfant de 3 ans
4 : la moyenne basse de l'humanité indiquant une légère carence (Maladroit, un peu lent d'esprit, etc.)
5 : la valeur normale
6-7-8-9-10 : meilleurs que la normale, 10 étant la limite humaine.

Vous disposez de 60 points à répartir entre les différentes caractéristiques à raison de 1 pour 1.
Pour passer une caractéristique de 9 à 10, il faut cependant dépenser 2 points.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Génial Florent le Dim 28 Mar 2010 - 12:42

Journal de Bertold, Entrée 1, Dans la gueule du loup


Dans un de mes rêves étranges, j'entends un jeune homme d'une petite quinzaine d'année couché sur le cadavre d'un de ses amis hurler "je suis le jouet de la fortune". Étrangement, je me sens très proche de ce personnage de théâtre en ce moment : tout comme lui, je suis une marionnette mais je n'ai qu'une bien vague idée de l'identité du metteur en scène.

J'ai couru pour fuir mon forfait, couru, couru encore. Haletant, je finis pas tomber sur une sorte d'éphèbe aux yeux d'or. Tout comme elle, je sentais qu'il avait ce quelque chose en lui et il le savait aussi. J'avais peur mais il me proposa un marché pour m'en sortir. Je devais lui obéir sinon tout serait détruit. Je n'avais pas le choix. Ce que je ne m'imaginais pas, c'est que nous étions plusieurs dans cette situation. Curieusement, mes compagnons d'infortune ne semblent pas partager l'aspect critique de la situation. Je vais les présenter brièvement.
Ils sont deux ou trois je l'ignore encore. La jeune fille qui est avec eux semble en même temps ne pas l'être. Elle les suit, enfin nous suit sans qu'on sache trop pourquoi. Au début, j'ai supposé qu'elle le faisait parce que la boîte de conserve s'était engagé à la protéger des maqueraux qui l'exploitaient mais apparemment, elle sait bien se défendre toute seule.
D'ailleurs, c'est à se demander ce que je fiche ici. Ils semblent tous savoir tuer leur prochain en quelques secondes, que cela soit pour un dieu ou pour un autre.
Pardon, je m'égare, je vais reprendre et essayer de m'organiser mais j'ai du mal à y arriver. Tout est tellement bizarre, je me croirais presque dans une troisième dimension. Mieux vaut que je fasse le récit de manière linéaire.

Donc cette sorte de pacte avec cette créature passé, je reçus l'ordre de me rendre dans un ville dont je tairais le nom pour ne pas risquer de me compromettre. Là, j'entendis des bruits bizarres sur des prêtres qui faisaient repousser des membres entre autres choses. Le plus étrange ne fut paradoxalement pas cette histoire mais que la marque de mon curieux associé se mit à frémir et en suivant son intensité, j'arrivais jusqu'à une sorte auberge devant une porte de chambre où la discussion semblait houleuse. Je décidai de frapper à la porte pour retrouver ces gens qui semblaient devoir partager mon destin.
Je dois vous dire à ce moment que toute cette agitation me semblait bien peu conventionnelle et je supposais que cela relevait du mysticisme peut-être pas antireligieux mais en tout cas profondément opposé à la religion actuelle. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de voir m'ouvrir une immense armure de Croisé qui me happa à l'intérieur et m'assit sur une chaise.
J'eus beau tenter d'engager la conversation dans cette troupe tellement irréelle composée d'une adolescente en haillon, d'un fou de Dieu en armure, et d'un curieux troisième personnage mais ils semblaient être en train d'interroger la fille. Je ne comprenais rien du tout mais ça avait l'air important. Au début, je voulais m'imposer mais l'armure me faisait peur. Au bout d'un moment, ils ont décidé qu'ils allaient m'interroger. Quand j'ai vu les cicatrices sur la fille, j'ai eu peur surtout quand elle et le type un peu près normal ont décidé d'aller dans la Taverne. Je devais rester seul avec l'armure. J'ai protesté mais il disposait d'arguments qui ne tardèrent pas de me convaincre. En fait, il n'avait qu'un seul argument pour que je reste mais il en imposait : Il devais faire près d'un mètre cinquante et peser une bonne trentaine de kilos. Le fait qu'il puisse la soulever d'un seul bras me suffisait. Je n'arrêtais pas de m'imaginer me transperçant de part en part. Décidant de ne pas tenter de résister je m'assis me préparant à un interrogatoire en bonne et du forme.
La discussion fut rude. Il refusait de répondre à la moindre de mes questions y compris sur son nom. Vraiment, je n'étais rien face à ce monstre de puissance. Quand il eut compris qui j'étais, il me regarda d'un air dédaigneux et sortit de la pièce. Je ne voulais pas paradoxalement l'abandonner. Il était mon contact et probablement le seul espoir de dîner aussi je le suivis. Nous finîmes par nous présenter quand une rixe éclata dans le bar. La jeune fille étant visiblement d'une importance vitale pour le groupe (en tout cas bien plus que moi), ils décidèrent de sortir quand un diacre arriva. Il voulait qu'on le suive chez le Père Vladimir pour un briefing. Je n'osais le suivre, la religion m'insupporte ce qui fut hélas rapidement remarqué par le tortionnaire en armure qui m'affabula d'un chapelet de dévotion. Toujours est-il que je réussis à négocier mon retrait par une volonté de garder la fille. Étrangement ils me firent confiance et acceptèrent.

Quelques heures plus tard, ils revinrent et m'annoncèrent qu'il fallait partir tout de suite pour la ville d'Orange, accessible dans la journée. Je ne voulais pas vraiment y aller mais une journée d'inactivité supplémentaire me guettait. Aussi, je consentis à les accompagner. Curieusement, je ressentis qu'ils n'accordaient pas tant de valeur que cela à ma présence. Je n'en tins pas cure. Orange est une ville bien répulsive à mon goût : l'Église y tient une place particulière puisqu'elle est construite autour d'un monastère. Évidemment, je n'y entrais pas et l'objectif étant de chercher des papiers pour discréditer un membre de l'Église visiblement visionnaire et en tout cas responsable de bien des miracles, bien plus que ceux de l'Église en tout cas et le jeter en pâture aux Inquisiteurs me révulsait. Toutefois, je n'avais pas le choix, l'armure semblait vraiment tout décider et connaître la situation bien mieux que moi.
Ce simple de travail de facteur ne pouvait pas se dérouler comme prévu au regard de la situation dans laquelle nous étions fourrés : Évidemment, ce que nous cherchions avait été volé par une jeune femme brune. Nous avons tous jeté un regard de biais sur notre compagne avant de nous rendre compte de l'absurdité de nos soupçons : elle était sans cesse restée avec nous. Toujours est-il que nous étions face à une situation préoccupante : que faire ? Après plusieurs heures de réflexions intenses, j'eus une idée probablement soufflée par quelques inspirations divines, au point où j'en suis, je ne sus pas vraiment. Ça me frappa d'un coup et constatait intérieurement que ce ne fut pas le cas de l'armure. Haha, on ne peut pas tout avoir dans la vie : Pourquoi ne pas rechercher les autres membres de l'Église pour repérer si eux aussi avaient une origine douteuse ? Ces parchemins avaient disparus et nous eûmes de la chance dans notre malheur : Nous tombâmes sur un bibliothécaire ayant mémorisé le contenu de toute la bibliothèque. C'était réellement énorme et le moine parvint à tout resynthétiser en quelques heures. Nous le remerciâmes étant donné le miracle accompli et nous remîmes en route.
De retour dans la ville d'origine, mes deux compagnons d'infortune se rendirent immédiatement auprès du prêtre pour lui livrer les parchemins. Moi, je ne voulais pas avoir affaire à ces gens-là. C'est plus prudent. Si ces gens savaient à quel point ces religieux sont des fanatiques. Quoique la boîte de conserve est lui-même un fanatique. Pour changer, j'ai décidé d'aller prendre le poul de la population en ce qui concerne la religion… au dispensaire (laïque) le plus proche pour voir quel partie de la religion était concernée par les dernières invocations. Le culte "moderniste" ne semblait pas avoir beaucoup d'adeptes. C'est une bonne chose étant donné la forme de répression fatale s'abattant sur les croyants. Peut-être qu'en d'autres circonstances, j'aurai été tenté mais je connais que trop la mentalité de l'Église. Ces pauvres fous sont des morts en sursis. Par sympathie ou simple compassion, je décidais de me rendre sur ces lieux de miracle pour voir la portée de leur talent. Bien m'en prit et mes compagnons étaient également là.

La grande place était noire de monde. Ce mouvement de foule m'a fait un peu peur mais la sensation de puissance autour de ces membres fanatiques et acharnés a quelque chose de grisant. Un estropié s'est avancé demandant à ce que ses membres repoussent quand une jeune femme s'est précipité pour qu'on ressuscite son enfant. Les cris redoublèrent de plus belle et un miracle s'accomplit. Au milieu de la foule hurlante, nous entendîmes un glapissement d'enfant. Outre l'aspect purement sonique qui ne frappa personne, l'enfant était vivant. Il y eut cet instant de silence uniquement ponctué par les pleurs de l'enfant puis ce fut le chaos : certains criaient au blasphème d'autres au miracle. Les laissant là avec leur préoccupations hautement théologiques risquant de mener à l'émeute, je fendis la foule pour m'approcher de l'enfant. Au fond de moi, je devais vérifier que c'était possible. Même si je savais, et j'en étais la preuve vivante, que certaines choses étaient-là, je devais m'en assurer. C'était trop énorme. Derrière moi, le fou de Dieu en armure tentait de calmer ceux de sa paroisse. Des gardes parvenaient tant bien que mal à contenir l'émeute. Le prêcheur exultait, il semblait dans un état quasi-orgasmique. Je restais figé à le regarder quand j'entendis dans le tumulte un bruit d'armure me passer devant. Il était auprès de l'enfant et de la mère. Je le suivis, arguant ma qualité de médecin et nous nous rendîmes dans la maison de la miraculée.

Là, je ne pus que constater : L'enfant était vivant. Mon compagnon resta immobile un instant comme s'il l'examinait avec un air pénétrant puis repris ses grognements habituels. Peut-être que l'étrangeté de la situation venait de le frapper ? Je n'osais pas approfondir la question avec lui mais je proposai immédiatement de rester près de l'enfant pour l'examiner. Notre troisième compagnon acquiesça mais je compris que c'était pour des raisons qui dépassaient largement l'instinct médical : son regard de fouine indiquait quelque chose de bizarre et sa manie de la propreté à tout instant me mettait mal à l'aise : Dans le chaos ambiant de la maison, il avait commencé à ranger les détritus dans la maison avant de prêter attention à la jeune enfant. Celle-ci ne broncha pas pendant mon examen et nous nous organisâmes pour établir un tour de garde dans la maison. De plus, les gardes autour de la maison semblaient peu disposés à laisser quiconque entrer. La nuit commença et je fis un rêve étrange qui me lia aux autres face à l'homme-devenu-femme-qui-nous-avait-mis-dans-cette-situation. Il nous expliqua bon nombre de choses qui avaient l'air de résonner dans la tête de mes compagnons bien mieux que dans la mienne. Peut-être était-ce dû à leur passé ? Toujours est-il que nous avons décidé d'empêcher le chaos risquant de s'abattre sur nous le lendemain mais ce ne fut pas aussi simple, l'enfant avait disparu.
Rechercher un responsable pendant les tours de garde était inutile : tout le monde était tombé d'un profond sommeil et quelqu'un en avait profité. C'était suspect, nous nous regardâmes pendant un instant mais il y avait mieux à faire : une personne que mes compagnons connaissait pourrait peut-être nous aider. Il fut décidé d'aller la chercher. Nous nous rendîmes dans une auberge de bonne qualité et le fou de Dieu fit preuve une fois de plus de sa prestance : l'intensité de sa foi donna les foies au pauvre mécréant servant d'aubergiste.
L'homme annoncé était en fait une femme. C'est quoi ce bazar ? Tout le monde change de sexe dans cette ville. Je n'ai pas osé demander à l'armure ce qu'elle en pensait mais un jour peut-être… Mes compagnons ne tiquèrent pas plus que ça devant l'énormité de la chose mais je comprends qu'ils avaient d'autres choses à penser : la taille, la parure, et le luxe de son arme avaient de quoi surprendre. Nous nous rendîmes sur la Grande Place pour chercher la demoiselle mais la statue apparemment source de pouvoir du prêtre était détruite. C'était le chaos qui s'annonçait, le prêcheur fou appelait au massacre. D'un coup d'œil, boîte de conserve, et moi décidèrent d'aller calmer le jeu. Tête de fouine avait disparu ainsi que Lyn, la jeune adolescente aquaphobe. Nous n'eûmes pas le loisir de nous interroger sur leur absence. Peut-être était-ce prévu ?

Face au prêcheur, le fou de Dieu se lança dans une tirade grandiloquente sur les vertus de la foi. J'essayais de mon côté d'imposer le calme à la foule par mes pouvoirs mentaux mais cela échoua lamentablement. Pendant ce temps, le soldat à l'armure de paix essaya de s'approcher du prêcheur mais des gardes s'interposèrent. Il me jeta sa cape sur la figure et je ne vis plus rien. Ça y est, ma misérable condition refaisait surface : pour lui, je n'étais qu'un écuyer. Ma colère décuplant ma force, je me débarrassait de la cape que je jetais au loin et je tentais de rentrer en contact avec le prêcheur. Le tout pour le tout, j'allais essayer de lui faire croire que Dieu lui parlait : après tout, il n'avait jamais entendu ma voix et je comptais sur l'effet de surprise à l'écoute d'une voix dans sa tête. Curieusement après mon hurlement mental, il ne se passa rien d'immédiat mais quelque chose ressemblant à la statue, à mon pactiseur, à mon rêve me tapa sur l'épaule m'annonçant des conséquences funestes à mon acte. Qu'est-ce que je venais de faire ?


[J'assume le côté purement subjectif de l'exercice, le compte-rendu est un exercice agréable, surtout quand on ajoute des blagues moisies. À propos, pas d'XP pour cette séance mémorable ?]

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Antoine le Dim 28 Mar 2010 - 14:34

Pas encore eu le temps de lire le compte-rendu désolé mais concernant l'xp, il est donné à la fin du scénario normalement ( pour Julien en tout cas ).

Antoine

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 09/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Lun 29 Mar 2010 - 10:27

Yep.
Exp donné en fin de scénario.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Journal de Bertold Entrée 2 : Dans le sphincter du loup

Message par Génial Florent le Dim 11 Avr 2010 - 11:36

Mon rêve du jeune garçon hurlant "je suis le jouet de la fortune" est vraiment récurrent : parfois je me réveille en sursaut la nuit et m'aperçoit que tout va bien… enfin presque.

Aujourd'hui j'ai compris le sens de la marque étrange sur ma main : pêché et rédemption. Apparemment mes compagnons l'ont compris avant moi mais cela ne les perturbe pas tant que ça. Si la rédemption est un sentiment d'une chrétienté oppressante et décadente il représente un idéal pour beaucoup. Peut-être que le fait de l'avoir tatoué sur ma main signifie que je suis un pêcheur ? Oui, ce que j'ai fait est horrible mais quel Dieu serait aussi monstrueux pour m'en vouloir avec tout ça ? Oui, mes mains sont souillées et je souffre encore en y pensant mais que dire de la sanglante Inquisition ? J'ai rencontré ces gens, ils sont lâches, cruels et violents à la fois. Il faut que je me remémore les événements de ces derniers jours pour tenter d'en démêler le fil.

La dernière entrée de ce journal mental remonte au moment où cette créature androgyne et démoniaque m'a dit que j'allais payer avant de s'évanouir dans la foule. J'étais tétanisé par la puissance de l'apparition, n'entendant que les cris au loin dans la foule. Tout à coup une pierre frappa un soldat devant moi, je repris brutalement conscience de la situation face à moi : des hommes allaient se massacrer au nom d'une foi et de préjugés. Il fallait intervenir, je n'avais pas le choix il faut dire. Je me ruais sur l'armure vivante pour l'informer de la présence de l'Être du Crépuscule alors qu'il regardait le champ de bataille le regard vide. Après avoir écouté mon récit, il resta immobile et nous nous regardâmes au milieu du chaos environnant. Soudain pris d'une intuition subite, il se dirigea vers un garde puis demanda qui avait la responsabilité de garder la statue. Très vite, nous apprîmes que ces barbares belliqueux s'étaient livrés à un tabassage en règle du malheureux. Il semblait s'être établi un semblant de communication entre ces créatures maniant l'épée bien mieux que la langue. Nous vîment alors nos compagnons qui apparurent d'un coup derrière nous : la jeune fille, le fourbe, un soldat qui avait l'air de se trouver là et une forme encapuchonnée que je ne repérais pas tout de suite. En recoupant les informations de l'armure je compris instantanément où se trouvait le malheureux, soit dans le dispensaire où je m'étais rendu la veille, je laissais les autres m'accompagner à condition de rester sage.

Trouver le pauvre malheureux dans le dispensaire fut une chose aisée : malgré le chaos, il n'y avait pas encore eu de blessés graves donc le dispensaire était encore assez vide. J'auscultais le pauvre malheureux, il avait été roué de coups par ces coreligionnaires, pauvres fous que sont les soldats, si peu respectueux de la vie humaine. J'en eu très vite la confirmation même si j'aurais pu en avoir l'intuition plus tôt. L'ouvre-boîte avait pu communiquer si facilement avec les autres soldats, j'aurais du me douter qu'il n'allait pas respecter mes ordres. Il a attrapé la tête du pauvre homme et a menacé de le broyer si celui-ci ne racontait pas son histoire. C'était effrayant, je suis persuadé qu'il l'aurait fait si le soldat avait refusé de parler. Bien évidemment, il ne se fit pas prier et raconta son histoire assez incroyable mais au point où nous en étions je ne m'attendais pas à moins : la statue, dont la destruction avait été responsable de tout ce chaos s'était désintégrée toute seule. Un clin d'œil mental sur lui m'indiqua qu'il disait vrai. Nous le ramenâmes de force devant le Père Vladimir qui écouta son histoire puis proposa de répandre ce bruit pour diminuer la tension. Après avoir tenté vainement de faire entendre la raison à Orek par le récit du soldat, nous nous appliquâmes à transmettre la "bonne parole" du moins je le fis en racontant la vérité au dispensaire sous le couvert de mon travail de médecin.

Finalement, la situation se calma en apparence car la nuit vit un renfort de tension lorsqu'un feu se déclara dans une maison chrétienne. Certains voulurent enquêter mais je les ramenai à la voix de la raison : dans la nuit, nous ne trouverions jamais les coupables. Nous retournâmes donc dormir tous les cinq puisque la personne encapuchonnée se montra notre alliée. Malgré sa peau étrange et son curieux accoutrement, elle montra qu'elle était comme nous. Enfin comme nous, c'est-à-voir car si jamais ce Dieu juge existait, ils seraient plus du côté du pêché que celui de la rédemption. Ça je le compris après lorsqu'ils se mirent spontanément au service des Inquisiteurs pour capturer les fidèles d'Orek sans qu'on puisse les laisser s'expliquer. Ces idiots connaissaient le destin qui leur était promis mais ne firent rien pour les laisser s'expliquer. Devant une foule dangereusement excitée par la présence des Inquisiteurs, les faux-prêtres mais vrais faiseurs de miracles furent traînés devant un simulacre de procès où l'Inquisition leur signifia une série de règlements qu'ils avaient enfreints et la sentence devant être évidemment appliquée : Ils ne purent pas se défendre ni en appeler à l'Impératrice qui avait pourtant déclarée la liberté de culte. Devant cette foule avide de sang, ils allaient être exécutés sans que personne ne puisse les interroger sur la source de leur pouvoir ni d'où ils venaient et ce par le feu au cours d'une mort lente et très douloureuse : en deux mots barbares.

Me détournant les yeux quelques minutes de l'affreux spectacle de mise à mort de ces fous de Dieu par d'autres fous de Dieu, je remarquais l'être mystérieux dans le rang des soldats de l'Impératrice. Que faisait-il là ? Plusieurs membres du groupe le remarquèrent aussi et le fourbe en capuchon tenta de s'en approcher pour lui parler mais à juger par sa mine déconfite à son retour, il ne put rien en tirer. Cependant, les préparatifs de l'exécution avaient avancé : le Premier Inquisiteur allait mettre le feu à ces pauvres illuminés. Je fermais les yeux mais une certaine clameur se fit entendre au bout d'un moment. Le feu ne prenait pas. Autour de moi, la foule commençait à murmurer des inepties comme un recours divin prouvant leur innocence. Idiots, s'ils savaient ce que Dieu pouvait-être cruel. Les soufflements de l'haleine fétide du soldat de Dieu montrait son impatience : il voulait du sang et commençait à tripoter sa lame de façon frénétique. Tout à coup un spectre de l'Être du Crépuscule apparût sur les poteaux d'exécution, dit un message étrange sur un pièce de théâtre se mettant en place et le bûcher s'alluma : les faux-prêtres furent carbonisés sous les yeux haineux et médusés de l'Inquisition.
Plus j'y repense, plus j'ai l'impression que ces faux-prêtres sont des victimes dans l'histoire. Manipulés pour des raisons étranges par cet être, ils ont acquis un pouvoir limité avant d'être trahis honteusement puis brûlés par lui pour quoi ? Je ne sais pas, n'était-ce pas que pour nous tester, nous qui sommes à notre tour des pantins dans ses mains. Allons-nous être à notre tour consumés par ces flammes. J'ai l'impression qu'étant donné ce que je suis, c'est mon destin qui s'est installé devant mes yeux, une sorte de répétition générale avant le brasier final.

Nous crûmes au départ à notre libération. Débarrassé de ces compagnons barbares et fanatiques, je m'imaginais entendre l'absolution de la part de notre mystérieux bienfaiteur mais son message parlant de "personnages principaux" me faisait craindre le pire. Autour de moi, les autres n'étaient pas dans cette période d'attente, ils buvaient, mangeaient et dressaient des hypothèses sur des récompenses à venir. Un messager de l'Inquisition vint soudain nous mander. Au début, je ne voulais pas y aller mais ils se montrèrent très insistants. Devant la pointe de leur lame, je n'osai pas résister. Sur place, l'Inquisiteur nous lût une lettre étrange et ambiguë d'appel démoniaque venant certainement de la créature androgyne. Je ne compris pas tout mais cela renforça mon opinion initiale sur le fait que nous n'étions que des pantins manipulés par une créature obscure et que la libération n'était pas au bout du chemin. J'essayai d'encaisser la nouvelle en me renseignant sur les démons et leur pratique puisque la chose avait été identifiée comme tel. Je voulu savoir à quelle sauce j'allai être mangé surtout que l'Inquisition dans son ignominie ne cacha pas l'ambition de se servir de nous quitte à nous mettre en danger pour atteindre la créature. Pendant que je faisais mes recherches, les autres s'absentèrent avec un sourire entendu, je vis du sang dans leurs regards. La trop brillante armure du fou de Dieu confirma mes soupçons quelques heures plus tard : l'armure avait été lavée en vitesse comme pour masquer des traces de sang. Lyn était visiblement traumatisée mais les autres avaient l'air satisfaits à l'exception peut-être de la jeune étrangère un peu soucieuse. Dans les yeux du soldat et de l'armure brillaient une lueur de contentement et de sadisme enfin exprimé. Ce n'était toutefois pas le pire : le petit homme à la capuche semblait littéralement avoir goûté le sang pour la première fois et cela ne semblait pas le perturber.
En les regardant, je repensai à ce que j'avais découvert sur la curieuse marque sur nos mains : pêché et rédemption. Bien sûr j'avais compris que ce que j'avais fait était un pêché pour ces religieux fanatiques comme les Inquisiteurs mais comment qualifier mes compagnons. J'avais commis une erreur et m'en voulait toutes les nuits et eux, ils semblaient en éprouver un tel plaisir. Quel Dieu pouvait me mettre à la même échelle que ces gens ?

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Journal de Bertold Entrée 3 : Sur la route

Message par Génial Florent le Dim 11 Avr 2010 - 12:22

Parfois en rêve, je vois une scène sur laquelle trois hommes et une femme jouent des instruments que je ne connais pas. Un homme armé d'une sorte de viole appelée guitare électrique tient quelque chose proche de sa bouche qui a un effet étonnant. Cela amplifie le son de sa voix ce qui n'est pas un mal étant donné que les spectateurs loin de rester passifs hurlent avec lui ce refrain entêtant :
"Je suis sur la route, je suis sur la route, je suis en déroute".
Cela n'est pas sans rappeler ma propre situation.


Nous avons décidé de nous mettre en route pour la capitale où se trouve "le siège de l'espoir" évoquée dans la lettre-prophétie que les Inquisiteurs ont reçu. Sur le chemin, nous avons par hasard bifurqué sans vraiment nous en rendre compte vers une route moins fréquentée qui nous a mené vers une petite ville d'environ dix mille âmes. Le soir venant, nous avons voulu nous installer dans une auberge mais l'armure tenant les cordons de la bourse nous fit perdre un temps fou en essayant vainement de négocier avec l'aubergiste. Que de temps perdu pour des vaines questions matérielles. À croire qu'ils voient la situation périlleuse dans laquelle nous sommes qu'en moyen de s'enrichir alors qu'il s'agit avant tout de se libérer de ces forces dont nous n'avons qu'une très vague perception. Finalement, le soldat détaché pour nous accompagner se ruina pour payer l'auberge. J'écris sur une bien piètre table d'auberge dans ce journal mental cette petite anecdote bien révélatrice de l'état d'esprit de mes compagnons.

Finalement, malgré les mauvais rêves induits par les racontars de l'aubergiste sur des bêtes sauvages capturant des enfants la nuit ce que je pris comme une façon assez grossière de nous extorquer de l'argent, nous finîmes par nous endormir avant d'être réveillé par un de nos compagnons qui avait cru entendre un bruit. Le guerrier-boîte de conserve et moi tentâmes de le raisonner mais il semblait terrifié et parlait d'aller dehors affronter je ne sais quel monstre de son imagination. Mes soupçons se confirmèrent : il savait maintenant ce qu'était le goût du sang et en voulait plus qui à se battre contre des moulin imaginaires. Curieusement, l'armure en boîte partagea mon avis et nous le remîmes au lit.
Quelque chose comme quelques heures après, quelqu'un frappa violemment à la porte et exigea une réquisition générale. Un enfant avait été enlevé et le Duc, gérant de ville ordonna une battue dans la forêt. Agacé mais poussé plus par le désir de sauver une vie que par mes compagnons, j'acceptai et nous fûmes mis dans le groupe du Duc. Au bout de quelques temps, nous découvrîmes des traces de pas, des pas vaguement humanoïdes que nous décidâmes de suivre. Avec la nuit pourtant une sorte de brume sombre et étrange se leva, s'épaississant, ne permettant plus de distinguer les uns et les autres que sous de vagues formes presque humaines. Nous entendîmes des bruits de pas autour de nous, des paysans étaient en train de rebrousser chemin. J'étais d'avis de les suivre pour revenir le lendemain : après tout, nous avions repéré des traces de pas mais les autres insistèrent. Pendant ce temps, le duc tourna les talons et disparu également. Nous étions perdus en pleine forêt et terrifiés même si certains refusèrent de le montrer par crainte de paraître couard. J'essayais de raisonner ces fanatiques en leur montrant que l'endroit était dangereux et qu'étant seuls, on risquait de se perdre mais ils refusèrent de discuter. Tout à coup, nous arrivâmes devant une clairière...

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Lun 12 Avr 2010 - 13:07

Le Temps du Jeu a commencé.
O vous qui portez le nom d’Humain.
O vous que le Destin a placé sur ma Route.
Souffrez, jouissez, vivez, petits pions d’un Jeu dont vous ne connaissez les Règles.
Venez à moi. Traquez-moi. Luttez face au Destin que je lance à vos trousses.
Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Néants et Damnation. Peurs et Souffrances. Ne sont-ce pas là les Prix de l’Espoir ?
L’Ange porte l’Espoir mais n’est-il pas aussi le Messager de nos Ennemis ? O vous qui portez le Nom d’Humain, saurez-vous répondre à cela ?
Là où les Dieux dorment, je siégeais.
Là où siège l’Espoir, je siège.
Là où sans cesse pleurent les Cieux, je siègerais.
Telle est la Litanie qui me guide.

Mais qui sera votre Guide en ce Jeu injuste ?

Voici la lettre du Gardien du Crépuscule.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Morgan le Mar 13 Avr 2010 - 13:33

Faut aller Buter l'impératrice !! Ahh !!! xP

Morgan

Nombre de messages : 136
Age : 22
Localisation : Montsoult
Date d'inscription : 26/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Mar 13 Avr 2010 - 23:25

Tu peux toujours essayer^^.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Génial Florent le Mer 14 Avr 2010 - 3:06

Et donc nous parlions de ce garde du corps qui était présenté comme étant plus faible que son niveau réel....

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Mer 14 Avr 2010 - 6:22

N'est ce pas ?^^

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par fabien le Mer 14 Avr 2010 - 14:29

morgan aime les methodes directes
l'idée n"est peut etres pas mauvaise il nous suffirat ensuite de trouver le temple sous la cascade pour butée le gardien et le tour sera joué
ne nous embarrasons pas avec des details

fabien

Nombre de messages : 13
Age : 46
Localisation : somewhere under the raimbow
Date d'inscription : 28/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Jeu 15 Avr 2010 - 2:25

Le temple sous la cascade !
Damned j'ai été découvert !

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Morgan le Jeu 15 Avr 2010 - 8:54

Bien sur c'était évident ! Ah moins que c'est une ruse pour que l'on croit que le temple est sous la cascade alors que enfaite il n'y est pas , ou bien pire encore si ça se trouve il savait que l'on allait penser ça alors il a dis ça pour qu'on pense l'inverse de ce que nous pensions à la base ... Ahhh c'est un cercle vicieux !! Voila pourquoi je préfère les méthodes directe ! ^^

Morgan

Nombre de messages : 136
Age : 22
Localisation : Montsoult
Date d'inscription : 26/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Génial Florent le Dim 9 Mai 2010 - 11:58

Dans mes rêves, je revois ce groupe de personnes armés de ces instruments faisant un bruit monstre. Il semble toutefois être passer un morceau plus calme… en apparence. Le début commence plus lentement mais le chanteur principal ânnone un morceau : "crache ton venin"
De venin, il est en effet question dans ce village hanté par des fanatiques de Dieu. Des fous arriérés et incultes. Mais quel orgueil ai-je pour m'exprimer de la sorte ? Je deviens intolérant mais ce mépris est vraiment paradoxale, j'en viens à être sous les ordres des Inquisiteurs, les regarder me terrifie et l'idée de les voir posséder des capacités surnaturelles m'écœure : ils savent mais condamnent quand même des gens qui sont proches d'eux. Reprenons au début.

Terrorisés et isolés, nous avons quand même trouvé le courage d'avancer au plus profond de la forêt pour essayer de récupérer le fils du Duc. Finalement, nous sommes arrivés dans une immense clairière où un loup d'une taille gigantesque nous barrait la route. La femme étrangère tenta de la contourner car elle distinguait une forme d'enfant encapuchonnée autour du loup mais le loup s'aperçut de son mouvement et devint hostile. Hélas, face à lui, je ne pouvais rien faire et laissais donc par un accord tacite les guerriers s'avancer. En l'absence du fou de Dieu, la femme armée d'une épée s'approcha de la bête mais manqua son coup. Furieuse la bête se jeta à son cou et lui entailla la jugulaire. L'homme à côté de moi, présent depuis le début préféra rester en retrait pour me protéger et la femme se jeta sur lui. D'un coup de pied bien placé, elle parvint à le tuer d'un seul coup. Quelle puissance !
Immédiatement, je me jetai sur le blessé et lui prodiguai les premiers soins. Il avait été salement amoché et je fis ce que je pus dans les circonstances présentes. De son côté la femme étrangère qui allait s'avérer être de bonne compagnie finalement se précipita sur l'enfant mais fut devancée par les villageois arrivant en masse. J'entendis des cris "au démon" et force fut de constater que l'enfant d'une douzaine d'année souffrait de malformations inconnues : il lui avait poussé des cornes et sa peau était d'une couleur étrange. Le blessé, que j'aidais à se relever, se plaça entre la foule et lui pour tenter de le protéger mais le Duc revenu soudainement intervint, s'empara de l'enfant et annonça qu'il serait mis à mort dés le lendemain soir. Nous cessâmes nos recherches et retournâmes à l'auberge.
Le lendemain, les aubergistes nous apprîmes qu'une messe allait être donnée et que nous pouvions les accompagner en tant que généreux donateurs. Je refusai, préférant partir en quête de l'orphelinat d'où disait-on l'enfant venait. Hélas la matinée de découverte de la ville se solda par un échec, j'appris que l'orphelinat était situé dans un quartier interdit aux étrangers. Je profitai de cette inactivité forcée pour m'informer sur la ville et sur le Duc. En somme, je ne perdis pas tout à fait mon temps.

Je revins auprès de mes compagnons qui s'étaient fait remarquer au cours de la messe par la défense de l'enfant (ou pas^^), nous décidâmes d'enquêter dans la forêt à la lumière du jour. Y retourner ne fut pas long du fait du sillon tracé par les villageois. Ainsi au bout d'une demi-heure, nous fûmes de retour dans la clairière. Chose étrange, le loup avait diminué de taille et semblait maintenant parfaitement normal. Le blessé décida de le rouer de coup d'épée pour exorciser sa peur et moi de l'examiner pour tenter d'expliquer ce miracle. En fait, le cadavre mutilé ne m'apprit rien en dehors de la confirmation de l'incroyable talent de la guerrière étrangère.
Nous nous mîmes à examiner méthodiquement les traces de pas dans la clairière pour essayer de déterminer d'où venait l'enfant et au bout d'un moment l'un d'entre nous repéra des traces de pas menant à un endroit que personne n'avait exploré. Nous décidâmes de les suivre et arrivâmes à une sorte de potager en pleine forêt. L'emplacement était curieux mais faisait fi de ces interrogations, notre guerrière encore convalescente décida d'avaler une tomate fraîchement cueillie au mépris de tout danger. Plus prudent, le reste du groupe préféra éviter de la suivre dans cette démarche. Au cours de notre exploration, nous trouvâmes un chien mort d'une maladie que je diagnostiquai comme étant la rage. Après cette exploration visiblement sans succès, nous rentrâmes pour assister à l'exécution de l'enfant-démon la mort dans l'âme.
Le spectacle de la mort avait attiré une bonne partie du village. Cela me répugnait mais j'avais l'impression qu'il fallait tout tenter. Le Duc se lança dans quelques élucubrations sur la justification de la condamnation de l'enfant qui visiblement furent suffisantes pour la foule. En même temps, cela ne m'étonna pas étant donné les prêches des Inquisiteurs avant l'exécution d'Orek. Le condamné prononça des dernières paroles mystérieuses sur un dénommé Allan et au moment où la mort allait s'emparer de lui, plusieurs événements se produisirent. D'une part, je tentai de l'apaiser mentalement devant cet événement malheureux, c'était la seule chose que je pouvais faire et à mon avis la meilleure. La guerrière tenta une approche plus directe et tenta de fendre la foule mais ce qui fut le plus efficace fut une flèche envoyé derrière nous qui arracha la flèche des mains du bourreaux. Pour la première fois de ma vie, je fus heureux de voir l'Inquisition.

Un vieil homme vint sur le bucher aidé du mystérieux tireur à la peau mate et annonça la suspension de l'exécution ainsi que la réquisition de certaines personnes dans la foule pour l'aider dans une enquête visant à disculper l'enfant-démon de sa prétendue tare démoniaque. Par un hasard trop familier, nous fûmes désignés pour cette tâche même si l'enquête était reportée au lendemain. Le matin arrivant, nous nous rendîmes tous à l'Église où nous étions convoqué pour une prêche, courte heureusement. Finalement, nous reçûmes des instructions pour mener l'enquête et un délai de 48h pour sauver l'enfant.
De là, je me mis d'accord avec la femme étrangère pour interroger l'enfant, nous établîmes une liste de question et je me montrai le plus pédagogue possible, j'avais l'habitude de m'occuper d'enfants dans les dispensaires. Finalement nous apprîmes que Nathan, c'était son nom, suivant les enfants disparus qu'il voyait guidé par des fantômes et qu'il avait pris peur face à la taille imposante du loup. Il nous indiqua qu'il vivait dans l'orphelinat et mentionna son ami Allan que nous supposâmes sur place. Devant l'orphelinat, nous interrogeâmes d'autres enfants qui visiblement laissaient Nathan seul du fait de l'étrangeté de son apparence. Les Sœurs nous confirmèrent cet état de fait et nous apprirent qu'Allan n'existait pas. Nous supposâmes assez vite qu'il s'agissait d'un ami imaginaire issu de la solitude d'un enfant délaissé par ses camarades de jeux mais nous nous trompions… du moins pour la moitié d'entre nous.
En fait, l'enfant était bien là, caché dans la chambre de Nathan mais personne ne semblait le voir en dehors de l'étrangère et de moi. Je tentais d'entrer dans son esprit pour expliquer ce phénomène pendant qu'il dormait et n'apprit rien de plus que son nom : Allan. Finalement l'étrangère le réveilla et nous pûmes l'interroger. Il était avec Nathan et avait fui lorsqu'il avait vu l'archer qui l'avait repéré. Lorsque je l'interrogeai sur son moyen de subsistance, il m'apprit qu'il était nourri par son ami qui prenait suffisamment pour lui. M'enquérant sur son appétit actuel du fait de l'absence de son ami, il m'apprit qu'il s'était lui aussi nourri dans le potager. Nous le remerciâmes de son aide et nous dirigèrent vers la maison du Duc pour tenter de comprendre comment son fils avait été enlevé, interrogations qui augmentèrent au vue de l'immense forteresse autour de sa demeure qui interdisait toute fuite.
Finalement, au bout de 2h d'attente, nous apprîmes avec regret que le Duc refusait de nous recevoir. Dépités, nous ne savions que faire lorsque un coursier nous apporta une étrange prophétie que nous reconnûmes signée du gardien du Crépuscule.

"Dans la Maison des Enfants, un Mal rôde.
Saurez-vous le trouver ?
Dans la Maison de la Maladie, un Mal rôde.
Saurez-vous le trouver ?
Dans la ville de Sura, des Maux rôdent.
Saurez-vous les trouver ?

Un Bien pour un Mal, un Mal pour un Bien
Un bien maigre prix que la Peur."


En examinant les termes maladie, je fus frappé par l'état de notre compagnon qui avait dévoré le fruit. Je l'examinai, il était malade sans doute et je compris qu'Allan également ce qui me fut confirmé par une visite éclair à l'orphelinat. Nous décidâmes de les placer dans l'auberge où nous résidions afin de ne pas aggraver leur mal avant de courir vers le potager et examiner les fruits incriminés. Hélas mes connaissance ne furent pas suffisantes et devant l'urgence de la situation, nous nous précipitâmes chez l'herboriste du village, une jolie femme d'une quarantaine d'année qui nous fournit un remède pour nos compagnons. Pendant la course qui nous mena à l'auberge, nous commençâmes à recouper des informations : il était clair que le potager était une arme contre laquelle il fallait lutter et que nous devions identifier ses victimes potentielles. Peut-être que cela nous permettrait de sauver l'enfant ?

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par fabien le Dim 9 Mai 2010 - 15:03

Florent
n'etant certainement pas present la prochaine sceance je te confis les doses d'anti-poison en rab.
a tous
il vous faut imperativement: -retrouver la famille malade piste a suivre l'herboriste qui a peut etre fournit plus que d'habitude a une personne (a part nous morgan pas la peine de le faire remarquer) eventuellement une enquete de proximite et auprés de la milice peut etre utile.
-il faut rencontrer le duc (avec la zen attitude pas de rentre dedans) et gagnez ca confiance .....quoique que!!! l' une des phrases du gardien parle de probleme dans la ville (en + ) en nommant cette ville par son nom . un peu vague comme indice .a part peut etre si il parlait des representants de la ville ,ce qui expliquerait peut etre que la derniere "victime" soit le fils du duc et qu'il refuse de nous voir .(a creuser)
a plus bonne prochaine sceance
bon courage

fabien

Nombre de messages : 13
Age : 46
Localisation : somewhere under the raimbow
Date d'inscription : 28/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par fabien le Mar 11 Mai 2010 - 14:18

un petit oubli pour la famille malade ,voir dans les bas quartier s'il n'y a pas une rumeur concernant une victime recente de la morsure d'un chien
(le chien est certainement mort empoissonné en mordant le proprio du potager)

fabien

Nombre de messages : 13
Age : 46
Localisation : somewhere under the raimbow
Date d'inscription : 28/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Génial Florent le Mer 12 Mai 2010 - 13:13

Intéressant le coup du chien mais faudrait voir si la rage se transmet d'humains en chiens. C'est un truc qu'on peut vérifier facilement avec l'herboriste.

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par fabien le Mer 12 Mai 2010 - 13:35

je pensais plutot qu'un chien enragé aurait pu laisser ses sens se faire abusée et ainsi s'attaquer et mordre un humain empoisonné......et finir par mourir du poison .

fabien

Nombre de messages : 13
Age : 46
Localisation : somewhere under the raimbow
Date d'inscription : 28/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Antoine le Dim 27 Juin 2010 - 10:50

Les absents auront-ils droit à un résumé de la parti Razz ?

Antoine

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 09/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Génial Florent le Dim 27 Juin 2010 - 11:20

La partie n'a pas eu lieu, à voir pour la prochaine…

_________________
Je ne suis pas un joueur lâche, je suis un joueur qui survit....

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne vous demande pas de comprendre pourquoi je suis un génie sinon nous serions deux, juste de l'accepter

------------------------------------------------

Mon talent n'a d'égal que ma modestie

*

Il y a des moments dans les parties où il faut prendre son courage à deux mains et décamper comme des hommes.

Génial Florent

Nombre de messages : 465
Age : 26
Localisation : Dans le TGV
Date d'inscription : 31/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Antoine le Dim 27 Juin 2010 - 13:00

Ha ba personnellement sa m'arrange. Je connais pas le planning des gens mais durant les vacances, les parties seront-elles toujours hebdomadaires ?
Ayant pas mal de jours libres pendant 2 mois, on pourrait faire avancer ce scénar qui saute toujours Sad.

Antoine

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 09/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Julien Recoquillay le Lun 28 Juin 2010 - 1:52

Mon stage se termine le 6 Juillet. A partir de là, je serais plus libre aussi bien en semaine que le WE.

_________________
"The body is but a vessel for the soul, a puppet which bends to the soul's tyranny. And lo, the body is not eternal, for it must feed on the flesh of others, lest it return to the dust from whence it came. Therefore must the soul deceive, despise and murder men."
— A.J. Durai

"Réservez votre mépris, il y a tellement de gens dans le besoin."

"Je ne suis pas un traître, je suis lunatique, nuance."



[center]

Julien Recoquillay

Nombre de messages : 1306
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne Anima : L'Avènement du Gardien.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum